Ajouter un simple making of ou tenir le job jusqu’au bout ?

Difficultés de terrain, contraintes éditoriales et attendus de la carrière académique dans une recherche sur les travailleurs du médicament

La recherche collective à laquelle est consacré ce site et que nous avons conduite avec une dizaine de sociologues, économistes et historiens sur le secteur pharmaceutique a permis de documenter différentes manières d’organiser la chaîne de fabrication et de distribution des médicaments et de mobiliser différents types de main-d’œuvre à cette occasion. Dans le dernier numéro de la revue ethnographiques.org, consacré aux enquêtes collectives, nous revenons en détails sur les étapes des différentes enquêtes que nous avons menées et, en particulier, sur les opportunités d’ouverture de terrains dans un milieu réticent à certaines recherches en sciences sociales et sur les vertus du comparatisme dans la recherche collective. Sous le titre « Enquêter en milieu rétif. L’industrie pharmaceutique sous observation collective », l’article précise les démarches méthodologiques mises en œuvre par l’équipe, en soulignant autant les succès d’enquête que les échecs. Ce making of de la recherche constitue un complément à l’ouvrage qui, pour des raisons éditoriales, ne les présente pas de manière aussi détaillée dans un chapitre autonome ni dans chaque chapitre (en dehors d’un encadré présentant chaque fois matériaux et traitements).

Cet article peut aussi constituer une entrée dans la lecture de l’ouvrage en invitant à réfléchir aux conditions de collecte des matériaux à l’appui des thèses présentées. En ce sens, l’article ne fait pas que répondre à une contrainte éditoriale qui limite les formats des publications, imposant de serrer sur l’essentiel, les résultats de recherche, et suppose lassant pour le lecteur non académique tout exposé des « cuisines » de la recherche. Il participe aussi à la légitimation de ce travail dans un univers, la santé, qui fourmille d’essais critiques et où la légitimité des publications se joue souvent sur le titre de leur auteur : médecin comme Philippe Even, ancien cadre du secteur pharmaceutique comme Philippe Pignarre… Chercheur académique est l’un de ces gages d’autorité mais, quand il s’agit de la recherche en sciences sociales, il ne se situe pas très haut dans l’échelle réputationnelle : nous ne prétendons pas à l’attribut de la blouse blanche ; nous sommes toujours susceptibles de recevoir du représentant du LEEM (Les entreprises du médicament), dans une émission de radio avec Quentin Ravelli, une remarque sur « vous n’êtes pas médecin ; vous n’avez passé que deux mois dans ce secteur », tandis que lui n’a jamais mis les pieds dans un atelier de fabrication de médicaments ! Or c’est bien sur le type d’attention portée au secteur dans sa diversité et sur les acteurs étudiés pour rendre compte de leur point de vue sur la situation à laquelle ils concourent que doit s’appuyer la légitimité d’un travail de recherche. Et rien de mieux pour cela que de dire jusqu’au bout comment on a travaillé pour y parvenir.

Le secteur pharmaceutique présente en effet la particularité de se montrer particulièrement rétif aux enquêtes de type ethnographique et historique que nous entendions mener en dehors des segments mis en avant par les porte-parole du secteur, en particulier en dehors des laboratoires de recherche). Nous souhaitions rendre compte des pratiques de travail et des trajectoires de travailleurs dans des espaces fermés comme les usines de production de substances actives et de médicaments, ou encore dans les entrepôts de distribution. Si l’enquête collective propose un espace de confrontation de points de vue sur un même objet, comme le souligne ce numéro d’ethnographiques.org, elle recèle aussi des vertus pour aborder des institutions complexes et peu ouvertes à la recherche ethnographique. La division du travail a permis de surmonter les refus d’enquête et de trouver de nouvelles voies d’investigation, ainsi que de tenir l’objectif d’une connaissance empirique précisément fondée sur un objet complexe, encadré par un très grand nombre de normes (sanitaires, industrielles, commerciales, etc.). Au-delà, deux types de comparatisme ont été ouverts par la pratique collective de l’enquête. Interne au secteur pharmaceutique tout d’abord, par l’accès des différents chercheurs à des terrains distincts (des usines de fabrications, des entrepôts de grossistes, des pharmacies, une petite usine de production de l’hôpital public, etc.), mis en correspondance au bénéfice de tous. Externe ensuite, par la mobilisation de chercheurs apportant chacun la connaissance préalable d’un univers ayant une parenté ponctuelle avec le médicament. Ainsi, l’analyse de la règle si présente dans l’univers du médicament a pu profiter de rapprochements de première main avec la règle vue sous l’angle de la prévention sanitaire à l’abattoir, vue sous l’angle de la qualité d’un produit soumis à concurrence marchande dans la sidérurgie et vue sous l’angle de la sécurité industrielle dans le nucléaire. L’article interroge enfin l’écriture que la forme collective a favorisée pour saisir comment elle répond aux attendus épistémologiques de l’enquête ethnographique et comment elle interroge les modalités d’évaluation de la recherche publique qui mettent l’accent sur les contributions individuelles au nom de nouvelles logiques de management.

Par cet article, il s’agit donc de donner des idées à d’autres pour oser s’attaquer à des terrains réputés fermés, dont il faut contourner les formes de clôture, et à des objets complexes, à fort coût cognitif d’entrée avant d’atteindre une capacité minimale de dialogue. Il s’agit de donner du courage à la tâche, de donner surtout le sentiment qu’on peut y arriver en dépit des difficultés rencontrées et qu’on peut résister à la tentation de l’essai quand tout nous y pousse : les difficultés de terrain, les contraintes éditoriales et même, d’une certaine façon, les attendus de la carrière académique.

Référence complète de l’article à lire sur ethnographiques.org :
Pierre Fournier, Cédric Lomba, and Séverin Muller, « Enquêter en milieu rétif. L’industrie pharmaceutique sous observation collective », ethnographiques.org, 2016 <http://ethnographiques.org/2016/Fournier,Lomba,Muller>

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *