Archives

La mise en avant des activités de recherche dans un secteur qui se présente comme un « secteur de la connaissance » (en lien avec l’introduction)

Cycle du médicamentDe nombreux discours des représentants du secteur pharmaceutique tendent à tirer celui-ci du côté de la santé. Le principal syndicat patronal des entreprises pharmaceutiques, le LEEM (Les entreprises du médicament), relaie cette image d’industrie associée à la médecine et à la santé, à la recherche clinique et à l’innovation. Lorsqu’il propose une présentation synthétique du « cycle du médicament », il fait apparaître un monde de blouses blanches au service exclusif de la demande médicale et du soin au patient. Les activités qui ne valorisent pas cette image – la production industrielle ou la distribution des médicaments – sont présentées comme annexes, comme sur cette présentation institutionnelle, ou ne sont pas évoquées. Certainement, cela relève-t-il pour une part d’une stratégie pour obtenir des droits spécifiques en regard des autres secteurs industriels et, pour une autre part, de la position dominante des professions supérieures de santé (médecins et pharmaciens) qui s’estiment peu concernées par les aspects manufacturiers. L’une des forces des représentants de ce secteur industriel est d’avoir réussi à imposer une vitrine officielle présentant la disponibilité de médicaments dans une perspective séquentielle tirée par l’innovation et complètement maîtrisée par des personnels hautement qualifiés.

 

Les horaires de travail dans la répartition (en lien avec le chapitre 10)

temps de travail 1 - copietemps de travail 2
Archives CFDT-Fédération unifiée des industries chimiques

Dans ce dépôt de distribution de médicaments en gros, les temps de travail hebdomadaires sont diversifiés pour répondre rapidement aux commandes des pharmacies qui ont très peu de médicaments en stock. Certaines opératrices de commandes effectuent un service continu tôt ou tard dans la journée, d’autres ont une longue coupure entre 14h et 18h pour répondre au plus vite aux 3 ou 4 commandes quotidiennes des pharmacies.

Accord de 1969 sur le repos hebdomadaire des travailleurs de la répartition (en lien avec le chapitre 10)

Accord de 1969 sur le repos hebdomadaire 1Accord de 1969 sur le repos hebdomadaire 2
Archives CFDT-Fédération unifiée des industries chimiques

L’accord signé entre le syndicat de la répartition pharmaceutique et les organisations syndicales de salariés en 1969, suite aux négociations de l’après mai-juin 1968 sur la réduction du temps de travail, prévoit deux jours de repos consécutifs le samedi et le dimanche pour les travailleurs de la répartition. Cet accord fait l’objet de vives critiques jusqu’au début des années 1990 de la part d’une partie du patronat de la répartition et des pharmaciens. Le syndicat professionnel des pharmaciens oppose à cet accord, auprès des Préfectures, la continuité d’accès aux biens de santé et l’obligation faite aux répartiteurs depuis 1962 de livrer des médicaments en 24 heures. Le conflit oppose dans les années 1970 Ministère du Travail et Ministère de la Santé. Au final, plusieurs petits grossistes n’appliquent pas l’accord dans les années 1970 au prétexte de travail trop important la nuit du vendredi pour pallier la fermeture du samedi. Le syndicat patronal se scinde même entre un syndicat de la répartition et un syndicat de la droguerie (vendant les principes actifs pour les préparations magistrales) qui ne sont donc plus signataires de l’accord de 1969. Dans les années 1980, beaucoup de dépôts ne respectent pas l’accord en organisant des services de garde le samedi matin avec retrait direct des pharmaciens au dépôt pour les médicaments (excluant les produits d’hygiène, la parfumerie) ou en permettant aux livreurs d’effectuer des tournées le samedi après-midi. En 1992, un nouvel accord assouplit la mesure en autorisant de placer les deux jours de repos consécutifs le dimanche et le lundi une fois toutes les trois semaines, voire plus régulièrement pour les salariés qui en font la demande. A mesure que le temps d’ouverture des pharmacies s’étend dans les grandes villes au dimanche, ce sont notamment les personnels précaires (CDD, temps partiels et intérimaires) qui assurent le travail du samedi dans les dépôts. En 2008, le Ministère de la Santé réactive le débat, suivant une directive européenne et à la demande d’un syndicat de pharmaciens, en contraignant les grossistes à des astreintes du samedi.

Au-delà de ces passes d’armes, on voit ici les tensions entre logiques de travail et d’emploi d’un côté et logiques de santé publique de l’autre, entre pharmaciens et répartiteurs sur la prise en charge des stocks, ainsi que les jeux sur les catégories de produits.

La Pharmacie Laborieuse (CGT), mai-juin 1947 (en lien avec le chapitre 11)

Cet extrait d’un journal de la CGT porte sur la grève des personnels de grandes pharmacies parisiennes pour l’obtention de salaires plus élevés en lien avec l’augmentation de la rente pharmaceutique. On peut lire qu’à cette époque la frontière entre industrie et pharmacie est poreuse. Les pharmacies mobilisées regroupent plusieurs centaines de salariés, dont bon nombre d’ouvriers, qui réalisent des tâches de distribution des médicaments, mais aussi et surtout de fabrication. La tonalité de l’article, dans un journal de la CGT, laisse davantage à penser un conflit dans le monde industriel que dans l’univers du petit commerce.

La Pharmacie Laborieuse (CGT), mai-juin 1947La Pharmacie Laborieuse (CGT), mai-juin 1947 2
Source : Archives CFDT-Fédération unifiée des industries chimiques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *